Maxi reduction

L’allaitement doit correspondre au choix de la mère

De nombreux facteurs entrent en jeu, des plus personnels aux plus sociaux et culturels, à commencer par le fait que nous vivons à une époque où objectivement le respect et la tolérance deviennent des denrées de plus en plus rares et où tout choix risque de devenir une idéologie, jusqu'à être défendu bec et ongles et contraster avec d'autres choix ou idéologies dans une bataille sans merci, pensez à ce qui se passe avec les vaccins. "Partons d'un constat, à savoir qu'il peut y avoir de bonnes raisons de décider d'allaiter comme de ne pas allaiter, et qu'il n'y a aucune preuve de risques sérieux ni à allaiter, même pendant une longue période, ni à ne pas faire alors. Donc, d'un point de vue rationnel, aucune femme ne devrait être attaquée et presque toutes le sont, à la fois celles qui allaitent et celles qui ne le font pas », explique un expert, expliquant qu'à son avis, la contradiction implicite dans cette accusation à 360 degrés ne signifie qu'une chose.

« Je crois qu'attaquer les femmes toujours et en tout cas est un moyen de les empêcher de pouvoir choisir et de le faire librement et de manière responsable. Une façon de les faire se sentir tout le temps incompétents et incapables et de leur rappeler que ce doit être quelqu'un d'autre le médecin, la famille, les amis, la société qui doit dire comment se comporter et ce qu'il faut faire pour être une vraie bonne mère. Bref, un héritage d'une culture patriarcale et paternaliste qui continue d'imprégner la société, à tel point que ce sont souvent les femmes elles-mêmes qui l'interprètent. Certains diront peut-être que l'allaitement est la chose la plus normale au monde car nous sommes encore des mammifères, et que les bienfaits du lait maternel pour la santé du bébé sont maintenant largement prouvés. Certes, cela ne signifie pas pour autant qu'au niveau individuel, l'allaitement est nécessairement le "bon" choix et que le recours au lait maternisé ou lait bébé 2ème age est le "mauvais".